Circunvoluciones [hacia la intemperie]

Circunvoluciones [hacia la intemperie], 1998
pour Violoncelle et 7 instrumentistes [hb, cl basse, cor, tbn, perc, piano et vla]
durée : 12 minutes

Notes de programme

Le commentaire de cette oeuvre comprend deux aspects : premièrement, l’attitude subjective y la motivation du compositeur, deuxièmement, la description de l’œuvre d’après sa réalisation.

Concernant le premier aspect, je me suis inspiré des idées du neurobiologiste Jean-Pierre Changeux sur le fonctionnement du cerveau humain. L’homme possède ce que Changeux appelle un générateur de diversité (de l’anglais GOD : Generator of Diversity) : inspirée du modèle darwinien, cette notion souligne encore et toujours la variabilité spontanée des combinaisons neuronales, l’aptitude corticale à auto-programmer, à bâtir du neuf à partir d’informations recombinées à la lumière d’un classement permanent.

Pour la composition, j’ai choisi de suivre ce principe : variabilité spontanée, auto-programmation, informations combinées avec un reclassement permanent. Ils me stimulaient. Bien que j’aie établi des prémisses structurelles (un échafaudage temporel) et des modes de fonctionnement, j’ai tout de même, laissé une grande liberté au développement naturel des situations, avec enchaînements et enchâssures, au fur et à mesure que l’œuvre avançait. Il ne s’agit pas ici d’association libre mais d’une diversification, guidée par une certaine directionnalité.

Cette directionnalité se retrouve dans le second aspect, purement musical. En effet, mon intérêt pour les œuvres concertantes, dans leur variété, y compris les œuvres mixtes pour instrument et bande magnétique, me permet de développer un large éventail de situations propres à ce type de dramaturgie musicale.

Dans cette œuvre, la  » concertation  » est produite à partir d’un croisement de personnages. D’une part, les personnages en tant qu’instruments (interprètes) et d’autre part, les éléments musicaux : un intervalle, une figure, un rythme représentent chacun un personnage. Des bifurcations se produisent entre ces éléments matériels (les instruments) ou encore les éléments musicaux. Par exemple, soit un instrument (corps) prend des éléments intervaliques d’un autre, soit les intervalles deviennent des personnages laissant une place secondaire aux instruments.

D’une certaine façon chaque instrument est un soliste, un personnage. Cependant, le vrai soliste, le violoncelle, est le fil conducteur, il est le meneur. C’est lui qui assure la continuité dans la rupture, qui a la volonté de tenir le cap. C’est grâce à lui que l’œuvre ne se dissout pas face à la génération de diversité.

Création: Pierre Strauch violoncelle; Ensemble A Tempo (dir. Diego Masson) – 21 juin 1998 – (Festival A Tempo, Caracas, Venezuela)

.

Share Button
Print Friendly, PDF & Email