Albâtre

Albâtre,  2018
pour 10 instrumentistes [fl, cl, cor, tp, tbn, pno, vln, vla, vc, ctb], électronique et vidéo*
durée : 45′

Création originale de *Jacques Perconte et Carlos Grätzer

Création : Ensemble 2e2m, 20 mars 2018 à 20h, Salle Marcel Landowski, CRR de Paris.
Coproduction La Muse en circuit (réalisation informatique musicale et diffusion sonore)

Albâtre, teaser n°1 from Jacques Perconte on Vimeo.

Notes de programme

Le projet Albâtre, je l’inscris dans la continuité d’un travail de plusieurs années dans la composition de musique sur des films muets. Ayant été par le passé cinéaste en parallèle à mon activité de compositeur, j’ai pu conjuguer ces deux passions à travers la réalisation de ciné-concerts, dans un parcours allant des origines du cinéma – avec les films de Méliès et leur fiction onirique – en passant par le burlesque – avec des films J. Emmerson et Buster Keaton – jusqu’à son apogée – avec le mélodrame et le western fantastique Le Vent de Victor Sjöström – mon dessein, par le biais d’une écriture rigoureuse, est de soulever la modernité de ces films.

Cette démarche, toujours en quête de nouvelles expériences artistiques, m’a amené presque naturellement vers le cinéma expérimental de Jacques Perconte. Non seulement pour me plonger dans la création actuelle en termes d’écriture, de thématique et de technique, mais surtout dans ce mouvement formidable qui emporte l’image du net au flou, du littéral au littéraire, du naturel au pixel. Ici, le travail très proche de la conception à la réalisation du film autorise un rapport musique-son intrinsèque et défait la clôture entre les images et la musique.

Pour moi, l’intérêt de ce projet est pluriel. Il s’agit d’une impulsion créative à quatre mains, d’une recherche de cohérence profonde et de confrontation et rapprochement entre deux arts et deux artistes en quête d’une œuvre inédite qui ne se limite aucunement à une illustration d’images. Elles trouvent leur propre grammaire. Ce travail m’a permis de développer une plastique musicale d’une très grande richesse de timbres, de spectres et de dynamiques, ainsi que de composer des recours sonores et expressifs en empathie avec la vigoureuse matière visuelle. Un moment où image et musique, chacune gardant sa propre identité se potentialise en un tout organique et merveilleux.
©carlos Grätzer

* Un choc visuel et auditif, le 20 Mars dernier, par Carlos Grätzer (compositeur) et Jacques Perconte (vidéo), “Albâtre” pour ensemble, dispositif électroacoustique et vidéo, et pour au moins 2 raisons, d’abord une symbiose totale entre la musique et la vidéo, c’est exceptionnel (hormis pour l’opéra, la musique et la vidéo, c’est le plus souvent décevant ou platement illustratif), ensuite une partition haute en couleurs et en dynamiques (Argentino-Françaises) pour laquelle Grätzer a pu faire (enfin… depuis si longtemps) ce qu’il voulait (et cela s’entend) et une vidéo d’une originalité rare (difficile à décrire, imaginez la mer, la campagne, la ville, les bateaux qui bougent par trames-effacements-ajouts-superpositions qui se succèdent (tout est fait à la main, je veux dire à la souris… pour une idée cf. http://www.jacquesperconte.com/ ou, mieux, les 5 teasers (qui se suivent) sur viméo à : https://vimeo.com/266459580 – c’est le tout début puis ensuite au milieu, etc.)… la pièce (accessible) devrait tourner, espérons-le, et si possible avec 2E2M
http://www.mqcd-musique-classique.com/forum/showthread.php?t=8750

 

Albâtre de J. Perconte
© tous droits réservés

Share Button
Print Friendly, PDF & Email